Partager

Budget européen : en pleine crise, l’UE opte pour la rigueur

Actualité 11 novembre 2020

Communiqué de Presse de la délégation France insoumise au Parlement européen 11 Novembre 2020

Après trois mois d’âpres négociations, le Parlement européen n’est malheureusement pas parvenu à modifier de manière satisfaisante l’accord trouvé par les chefs d’États européens en juillet dernier.
Dominé par une logique néolibérale, le Conseil n’a rien voulu entendre. Les sept prochaines années (2021-2027) seront à nouveau placées sous le signe de la rigueur. Un résultat qui est d’abord une mauvaise nouvelle pour les peuples européens.

16 petits milliards obtenus. Une goutte d’eau qui ne correspond qu’à une hausse de 1,4% sur les 1.074 milliards du budget négocié en juillet et qui ne permettra pas d’inverser la tendance. Un résultat bien loin des 39 milliards que souhaitait a minima ajouter le Parlement européen et à des années lumières du total de 1.324 milliards que les députés européens demandaient. Ce budget n’est pas à la hauteur.

Si nous regrettons cet égoïsme
du Conseil ce n’est pas par pur goût pour la dépense mais parce que la politique que nous défendons nécessite des investissements publics ambitieux. Nous militons pour la justice sociale, pour une véritable conversion écologique, qui passe par celle de l’agriculture (FEADER) et des régions (Fonds pour la transition juste), pour une cohésion des territoires (FEDER et Fonds de cohésion) pour l’emploi (FSE+), contre la pauvreté (FEAD) pour la santé (EU4Health), la recherche (Horizon 2020), le climat (LIFE), l’éducation (Erasmus+) et les Outre-mer (POSEI). Ces fonds, même lorsqu’ils ont été légèrement rehaussés, restent très insuffisamment dotés, a fortiori en pleine période de crise.

Un horizon qui s’obscurcit pour la taxation sur les transactions financières (TTF)
Pour de telles ambitions, une véritable réforme des ressources propres était nécessaire. Si une maigre taxe plastique qui sanctionne les États plutôt que les entreprises sera créée, les ressources propres les plus progressistes etambitieuse comme la taxation sur les transactions financières et la taxation sur les entreprises, pourraient ne jamais voir le jour. La Commission européenne n’est pas obligée de les proposer, le Conseil européen n’est pas contraint de l’accepter, et ce ne serait dans tous les cas pas avant 2026. En outre, la TTF envisagée ne serait basée que sur une assiette réduite rapportant 3,5 milliards d’euros par an, très loin des 50 milliards annuels de la vraie taxation que nous proposons et initialement mise sur la table par la commission européenne.

Des sanctions liés à l’état de droit en suspens
Nous souhaitons que les pays qui violent l’état de droit, à travers la corruption ou l’évasion fiscale, puissent être sanctionnés financièrement, mais l’accord fragile obtenu le 5 novembre sur ce point et qui est lié au budget européen est menacé par la Hongrie de Victor Orban. En outre, le Parlement européen est écarté de ce mécanisme sur l’état de droit alors qu’il est la seule autorité budgétaire européenne élue démocratiquement.

Alors que les pays radins se frottent les mains avec un rabais de plus de 50 milliards d’euros, ce budget consacre une nouvelle fois la rigueur pour les peuples européens. Nous regrettons ce manque d’ambition. Le Parlement européen peut cependant avoir le courage de ses ambitions. Il lui suffit de voter contre. C’est ce que nous ferons. Et nous appelons les autres groupes politiques à nous suivre, pour ensuite négocier un vrai budget à la hauteur de la situation. 


La délégation France insoumise au Parlement européen

En savoir plus sur ce lien

L'économie au service des peuples

11 déc. 2020
Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise
Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.
23 nov. 2020
Budget et plan de relance européens : les riches et pollueurs passent en force
Pour pouvoir annoncer un plan de relance et donc se présenter comme le prétendu sauveur de l’Europe, Emmanuel Macron a cédé sur toute la ligne aux pays « radins » et aux libéraux qui sont les grands gagnants de ces négociations. Et tant pis pour les peuples et la planète qui comme d’habitude subiront les conséquences de ces orientations d’un autre temps, prises dans des réunions à huis clos, sans aucune consultation des citoyens ni de leurs représentants.

Autour des mêmes combats

11 décembre 2020

Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise

Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.
23 novembre 2020

Budget et plan de relance européens : les riches et pollueurs passent en force

Pour pouvoir annoncer un plan de relance et donc se présenter comme le prétendu sauveur de l’Europe, Emmanuel Macron a cédé sur toute la ligne aux pays « radins » et aux libéraux qui sont les grands gagnants de ces négociations. Et tant pis pour les peuples et la planète qui comme d’habitude subiront les conséquences de ces orientations d’un autre temps, prises dans des réunions à huis clos, sans aucune consultation des citoyens ni de leurs représentants.
29 septembre 2020

Marchés publics remportés par BlackRock

Chère DG ECFIN,

En vertu du droit d'accès aux documents dans les...

17 septembre 2020

Mobilisée aux côtés des salarié•e•s pour la défense de l'emploi

Les 1ers de corvée ont déjà payé le prix fort avec la pandémie. Il est inacceptable...

12 septembre 2020

Une soixantaine d'élus exigent un moratoire sur la 5G

Une soixantaine d'élus (dont les maires de Bordeaux, Lyon, Marseille ou encore Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Adrien Quatennens, François Ruffin, Eric Piolle, Julien Bayou, Alexis Corbière...) exhortent le gouvernement à décider d'un moratoire sur le déploiement de la 5G. Ils plaident pour "la tenue d'un débat démocratique décentralisé"
12 septembre 2020

Pourquoi il faut annuler la dette détenue par la Banque centrale européenne

Aurore Lalucq, députée européenne (S&D), et une vingtaine d'eurodéputés et d'économistes, réclament dans cette tribune l'annulation de la dette détenue par la BCE.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.