Partager

Alors on l'annule cette dette, ou pas ?

Actualité 26 mars 2021

Le devenir de notre dette publique fait l’objet d’un débat intense entre économistes et politiques depuis mars 2020. Si les conservateurs ont défendu leur refrain habituel de "une dette ça se rembourse", de nombreuses propositions progressistes se sont aussi faites entendre. Les économistes de gauche ne défendent pas tou.te.s la même solution.

Certain.e.s veulent annuler, d'autres transformer la dette en dette perpétuelle ou mettre en place un circuit du Trésor. Mais notre camp politique s'accorde sur un objectif : pas de retour de l'austérité budgétaire. J'ai voulu échanger avec Anne-Laure Delatte, économiste chargée de recherche au CNRS, qui défend également cette vision, et qui a pris position dans ce débat pour souligner la nécessité d'articuler les questions monétaires et fiscales. 

Ma contribution sur le sujet du devenir de la dette Covid et du financement de l'action publique : Tribune 


Le live complet

Extraits de notre discussion :


Pourquoi on débat de la dette en ce moment ?

“La France a augmenté de façon très importante sa dette l’année dernière. Ce surplus fait peur à tout le monde d’où les débats actuels”

“Mais il n’y a pas lieu de s’affoler. Le monde entier a vu sa dette exploser avec les dépenses exceptionnelles liées au Covid”

“La France est toujours considérée comme un très bon payeur. Notre dette est un actif sûr. Nous ne sommes pas en faillite contrairement à ce qu’on entend depuis 20 ans”


Quel est l’impact de la dette sur nos vies ?

“Les mécanismes économiques ne sont pas automatiques : le Japon a une dette de 250 % de son PIB et n’a pas explosé. L’Argentine est à 60 % et explose”

“La gestion de la dette est surtout un choix politique”

“Quand Bruno Le Maire ou François Bayrou assurent qu’ils comptent rembourser, c’est un message politique qu’ils envoient aux créanciers, aux épargnants et aux marchés financiers que la rigueur budgétaire est toujours d’actualité”

“La dette est un narratif utilisé par les conservateurs pour justifier des politiques de coupes dans les dépenses publiques”


Que compte faire le gouvernement ?

“Le gouvernement a créé une Commission sur l’avenir des finances publiques pour en décider”

“Non seulement nombre d’économistes compétents n’ont pas été sollicités, mais cette commission se substitue aux parlementaires. C’est de la démocratie hors des murs”

“Le gouvernement envisage de cantonner la dette Covid, c’est à dire, mettre le surplus de dette dans une caisse d’amortissement et de le rembourser en 20 ans”

“Concrètement, cela revient à mettre une pression à la baisse sur les dépenses, puisque le gouvernement refuse d’augmenter les impôts”


Et les économistes de gauche, ils en pensent quoi ?

“Le sujet a pris une grosse ampleur dans les médias. Il y a eu une tribune de 150 économistes en faveur de l’annulation de la dette Covid, à laquelle Christine Lagarde la Présidente de la Banque centrale européenne a répondu”

“Le sujet de l’annulation a divisé la gauche. Toutes les écoles avaient besoin de s’exprimer”

“Cependant nous sommes d’accord sur l’objectif commun qui est pas de retour de l’austérité, qui ne se traduit que par une casse sociale”

“Le deuxième objectif commun est d’avoir un modèle économique qui soit plus inclusif et permette de faire la transition écologique”

“L’existence de ce débat a permis de mettre un coup de pression et de faire avancer des solutions qui étaient auparavant complètement inabordables”


Pourquoi il y a des économistes de gauche qui ne défendent pas l’annulation ?

“On est d’accord pour dire on ne peut plus s’encombrer avec le financement de la dette si on veut répondre au défi le plus important de notre époque qui est de réaliser la transition écologique”

“Mais le choc de la pandémie du Covid n’est sûrement pas le dernier de la décennie. On devra alors de nouveau augmenter la dette pour y faire face”

“Je ne suis pas sûre qu’annuler à chaque fois la dette soit une solution pérenne"

“On veut surtout installer un régime qui nous permette de faire face aux chocs et de protéger les citoyens”


“Dernier point : l’annulation repose sur la Banque centrale européenne, qui n’est pas une instance démocratique et il faut éviter de lui donner trop de pouvoir”


Quelles sont tes propositions ? 

“Il y a des choses à faire avec la Banque centrale européenne. Quand les taux augmenteront de nouveau, il faudra que cette dette ne soit jamais vraiment remboursée, par exemple en la transformant en dette perpétuelle”

“Avec la baisse de la fiscalité sur les hauts revenus, sur le patrimoine, les capacités de dépense de l’État ont aussi baissé”

“C’est pourquoi la politique monétaire a pris le pas sur le financement de l’action publique par la politique budgétaire. Alors qu’elle n’est pas soumise au contrôle parlementaire”

“Il faut restaurer notre capacité à lever l’impôt pour financer nos dépenses publiques en plus de redistribuer les richesses”

“Il faut aussi un circuit du trésor pour réduire notre vulnérabilité aux marchés et aux variations de taux”

L'économie au service des peuples

21 févr. 2022
L’Union européenne sur le point de céder aux lobbys dans la lutte contre l’impunité des multinationales
Mais que se passe-t-il à la Commission européenne depuis 8 mois ? La proposition d’une directive pour rendre les multinationales responsables pour les violations des droits humains commises dans leurs chaînes d’approvisionnement a été repoussée plusieurs fois. En toute opacité et sans explications.

Autour des mêmes combats

21 février 2022

L’Union européenne sur le point de céder aux lobbys dans la lutte contre l’impunité des multinationales

Mais que se passe-t-il à la Commission européenne depuis 8 mois ? La proposition d’une directive pour rendre les multinationales responsables pour les violations des droits humains commises dans leurs chaînes d’approvisionnement a été repoussée plusieurs fois. En toute opacité et sans explications.
11 novembre 2021

Evasion fiscale des multinationales : le Parlement européen s'accommode d’une mesure de transparence au rabais - Communiqué de Presse

Ce jeudi 11 novembre a eu lieu la validation finale d’une directive sur la transparence fiscale. Le combat mené depuis plus de 5 ans par les ONG s’achève par un texte au rabais, loin des ambitions initiales portées par le Parlement européen. Ce texte, qui aurait pu marquer une réelle avancée, a été vidé de sa substance. Le Parlement européen a cédé face au Conseil et s’est arrêté au milieu du gué, manquant une occasion historique de se donner les moyens de lutter réellement contre l’évasion fiscale.
5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
21 mai 2021

L'Union européenne aurait enfin un plan contre l'évasion fiscale : vraiment ?

15 scandales d’évasion fiscale plus tard, alors que l'ampleur de la crise sociale exige des investissements publics massifs et que la fortune des milliardaires explose, la Commission européenne publie une énième feuille de route de lutte contre l'évasion fiscale. Et pourtant rien de neuf sous la grisaille bruxelloise. L'Union européenne serait-elle dans l'impasse ?
23 avril 2021

Taxation des profiteurs de crise : Macron dernier défenseur des privilèges des riches

La démocratie selon Macron, c’est le gouvernement des riches, par les riches, pour les riches. Et Macron est en passe de devenir leur champion international le plus actif, se battant bec et ongles à tous les niveaux pour sauver leurs privilèges.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.