Partager

Pour les jeunes, taxons les profiteurs de crise !

Tribune 7 mai 2021

Ces deux aberrations, mettons-y fin. Une aberration par le haut : des super-profits et des super-fortunes, pour des nouveaux nobles, dans une société digne de l’Ancien régime. Ce plafond, il faut le rabaisser. Une aberration par le bas : une jeunesse dans la précarité et sans le moindre filet de sécurité. Ce plancher, il faut le relever. Voilà deux mesures de justice, d’égalité, d’humanité. Voilà le sens du progrès humain.

+55 %. C’est la hausse de la fortune des milliardaires français, en un an. En un an de crise sanitaire, ils ont vu leur fortune grimper de 155 milliards. Alors que notre pays comptait un million de pauvres en plus, quelques très riches ont fait des profits sur la pandémie. 

L’heure est venue de partager. Même le FMI, plutôt chantre de l’austérité, demande de concert avec l’ONU qu’on taxe les plus riches pour aider les plus vulnérables. Et plusieurs pays ont déjà répondu à l’appel !

L’Espagne, l’Argentine, la Russie, mais également le Royaume-Uni, et bientôt donc les Etats-Unis…

Comment accepter que la France continue de s’y refuser ? Alors que toute une génération est en passe d’être sacrifiée dans cette crise. 

Nos  jeunes à qui on impose une épreuve : se confiner, pour protéger leurs aînés. Ils ont y consenti, non pour eux, mais pour autrui. Et comment les récompense-t-on ? En leur ajoutant une seconde peine : en plus du tourment moral, psychologique, affectif, on les punit par une sanction financière, par une sanction sociale, sur leur présent, sur leur avenir. 

Car avec la crise, la précarité des jeunes atteint des niveaux inédits. Ils sont la catégorie d’âge dont le taux d’emploi a le plus reculé avec la crise. 4 fois plus que le reste de la population ! Désormais, une personne pauvre sur deux en France a moins de 30 ans.« On les voit de plus en plus... » C’est Patrice Blanc, le président des Restos du Cœur jusqu’en janvier, qui témoigne ainsi : « Une image qui m’a bouleversé, c’est de les voir, ces jeunes, arriver chez nous avec leur tenue d’Uber Eats. C’est-à-dire qu’eux-mêmes apportent à manger, mais ils n’ont pas de quoi manger pour eux ! Ça m’a scié. »

Aussi, pour eux, nous réclamons un grand plan jeunesse. Et pour commencer  le RSA à partir de 18 ans. C’est le minimum. Le minimum du minimum. 

La majorité politique est à dix-huit ans : un Français peut voter.

La majorité pénale est à dix-huit ans : un Français peut être emprisonné.

Pourquoi la majorité sociale n’est-elle pas à dix-huit ans ? Pourquoi, jusqu'à vingt-cinq ans, les jeunes sont-ils exclus du RSA ? Pourquoi cette discrimination par l’âge ? Comment le comprendre ? Quelle décision politique étrange, tout de même, et qui dure : une mesure supposée lutter contre la pauvreté écarte… les plus frappés par cette pauvreté ! Elle évite ce qui devrait être sa première cible !

Aussi proposons-nous deux lois à l'Assemblée nationale : ouvrir le RSA aux moins de 25 ans et taxer les profiteurs de crise pour le financer. Taxer, ne serait-ce qu’à 50 % les profits exceptionnels de crise des grandes entreprises, voilà qui dégagerait au minimum 7,2 milliards d'euros. Combinée avec un impôt sur l’enrichissement de nos milliardaires, même de 3,5% seulement, on dégage sans peine les sommes nécessaires pour  ouvrir le RSA à tous les  jeunes.

Ces deux aberrations, mettons-y fin.

Une aberration par le haut : des super-profits et des super-fortunes, pour des nouveaux nobles, dans une société digne de l’Ancien régime. Ce plafond, il faut le rabaisser.

Une aberration par le bas : une jeunesse dans la précarité et sans le moindre filet de sécurité. Ce plancher, il faut le relever.

Voilà deux mesures de justice, d’égalité, d’humanité. Voilà le sens du progrès humain.


Tribune signée par :

  • Manon Aubry Députée européenne France Insoumise, Co-présidente du groupe de la Gauche au parlement européen

  • François Ruffin Député de la Somme, Rédacteur en chef de Fakir, Réalisateur de "Merci Patron"

  • Mathilde Panot Députée France insoumise du Val-de-Marne, Vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale

  • Manuel Bompard Député européen France insoumise, Chef de la délégation France Insoumise au Parlement européen

L'économie au service des peuples

Autour des mêmes combats

10 juin 2022

Festival de caricatures contre notre programme économique de la NUPES : ils ont peur

La NUPES est en très bonne position pour remporter les législatives....

21 février 2022

L’Union européenne sur le point de céder aux lobbys dans la lutte contre l’impunité des multinationales

Mais que se passe-t-il à la Commission européenne depuis 8 mois ? La proposition d’une directive pour rendre les multinationales responsables pour les violations des droits humains commises dans leurs chaînes d’approvisionnement a été repoussée plusieurs fois. En toute opacité et sans explications.
17 décembre 2021

Notre étude inédite sur la taxation des profiteurs de crise

La crise sociale engendrée par le Covid a précarisé les plus fragiles. Mais certaines multinationales n’ont pas connu la crise et ont même vu leurs profits exploser. L’une de nos propositions pour financer la sortie de crise Covid, c’est de taxer ces profiteurs de crise ! Cela s’est déjà fait dans l’Histoire et notamment en France lors de la première guerre mondiale, avec un taux de 50%.
11 novembre 2021

Evasion fiscale des multinationales : le Parlement européen s'accommode d’une mesure de transparence au rabais - Communiqué de Presse

Ce jeudi 11 novembre a eu lieu la validation finale d’une directive sur la transparence fiscale. Le combat mené depuis plus de 5 ans par les ONG s’achève par un texte au rabais, loin des ambitions initiales portées par le Parlement européen. Ce texte, qui aurait pu marquer une réelle avancée, a été vidé de sa substance. Le Parlement européen a cédé face au Conseil et s’est arrêté au milieu du gué, manquant une occasion historique de se donner les moyens de lutter réellement contre l’évasion fiscale.
5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.