Partager

Coupe du monde au Qatar : a-t-on envie de jouer au foot sur des cadavres ?

Billet d'humeur 11 mai 2021

Qu’on aime le foot ou pas, ce sport qui réunit des milliards de fans à travers le monde est un sujet majeur. Et c’est aussi une affaire de gros sous. On ne découvre pas aujourd’hui le foot business et ses excès : dérégulation, privatisation, corruption, enrichissement de quelques-uns... Mais l’organisation de la coupe du monde 2022 au Qatar franchit un nouveau seuil. Les chiffres sont glaçants : plus de 6 750 morts sur les chantiers. Et cette question qu’on ne peut s’empêcher de se poser : a-t-on envie de jouer au foot sur des cadavres ?

Petit retour en arrière : en 2010, la FIFA décide d’attribuer la coupe du monde 2022 au Qatar. Et dès le départ, cela ne sentait pas bon, avec des soupçons de corruption et un rôle pour le moins louche de la France dans cette décision… Le choix du Qatar a en effet de quoi étonner : le pays n’a pas les infrastructures nécessaires et le climat désertique rend les compétitions sportives très difficiles. Mais surtout, et la FIFA le savait bien, les travailleurs sont soumis au Qatar à un système de quasi-esclavage, la “kafala”, qui garantit un pouvoir écrasant aux entreprises. Les travailleurs étrangers (95 % des travailleurs du pays) doivent payer une agence de recrutement et ne peuvent pas changer d’emploi, sortir du territoire, louer un logement ou même ouvrir un compte en banque sans l’accord de l’employeur. La confiscation des passeports est une pratique courante et les syndicats sont interdits

Le Qatar prétend avoir fait des réformes mais les ONG ont de sérieux doutes sur leur mise en œuvre. Dès 2012, la Confédération Syndicale Internationale et l’association Human Rights Watch ont alerté sur les conditions de travail effroyables des ouvriers immigrés sur les chantiers de la coupe du monde. Des avertissements ignorés par la FIFA et malheureusement confirmés en février : le journal The Guardian a révélé l’ampleur du drame humain qui se joue avec au moins 6 750 travailleurs migrants morts depuis 2011, soit 12 par semaine depuis 10 ans ! Les autorités locales nient bien entendu les faits et essaient de nous faire croire qu’il s'agit de morts naturelles. Mais les témoignages convergent et sont accablants :  jusqu’à 70h de travail par semaine à plus de 40°C au soleil, heures supplémentaires non payées, retards de salaires, hébergement dans des taudis éloignés des chantiers, absence d’assurance maladie, incapacité d’accéder aux hôpitaux. Les entreprises multinationales ne s’y sont pas trompées : la Coupe du Monde au Qatar, c’est l’occasion rêvée de réaliser des affaires juteuses en exploitant les travailleurs en toute impunité.

C’est donc dans ce contexte d’exploitation et de misère humaines que se construisent les immenses stades et infrastructures qui accueilleront les matchs de la coupe du monde. Au-delà de ce constat macabre, il est temps de questionner les responsabilités. La France, l’Union européenne et les organisations internationales doivent rappeler la responsabilité du Qatar par tous les moyens diplomatiques disponibles. Mais ce sont aussi nos entreprises sur lesquelles nous pouvons agir directement. On ne peut plus laisser impunies les violations des droits humains, auxquelles elles participent et dont elles tirent profit. C’est tout le sens de mon combat contre l’impunité des multinationales au niveau européen. Les chantiers ne se construisent pas tout seul. Au moins treize entreprises européennes, dont plusieurs françaises comme Vinci, la RATP, Bouygues, Keolis… doivent rendre des comptes sur la protection de leurs salariés. Voilà l’objectif du devoir de vigilance que je souhaite mettre en place au niveau européen : pour enfin tenir responsables ces entreprises et permettre aux victimes d’accéder à la justice. 

Partout dans le monde, les amateurs de sport se mobilisent pour dénoncer la situation. Même les équipes nationales d’Allemagne, des Pays-Bas ou de Norvège ont pris position contre cette exploitation des travailleurs. Alors maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? 

La question du boycott, largement débattue dans les médias depuis quelques semaines, est bien évidemment légitime. Mais en pratique, elle ne changerait pas les conditions de travail sur le terrain au Qatar. Le boycott pourrait même être contre-productif pour les travailleurs (en plus de nous priver de la coupe du monde), en les privant du seul levier d’influence qu’ils ont en leur possession. Mon sentiment est qu’au contraire qu’il faut saisir de l’opportunité de la coupe du monde pour transformer concrètement les conditions de travail au Qatar mais aussi changer durablement les pratiques dans le foot en tenant directement responsables la FIFA, les fédérations nationales, sponsors et entreprises.

Et c’est là qu’on a besoin de vous. Oui vous, que vous soyez passionné de ballon rond ou non, vous pouvez agir. En dénonçant les entreprises qui tirent profit de cet esclavage moderne à commencer par Vinci. En demandant des comptes à la FIFA, qui a fermé les yeux depuis le départ et doit à l’avenir intégrer systématiquement la question des droits humains dans ses procédures d’attribution de la coupe du monde. En s’attaquant aux sponsors qui sont autant de complices indirects. Interpellons Nike, Adidas, Coca-Cola, McDonald's etc. pour qu’ils se désengagent de cette coupe du monde. Si le seul message que comprend la FIFA c’est celui de l’argent, appelons au désinvestissement ! 

Dans ce combat, la mobilisation citoyenne est indispensable.  Il faut que les entreprises se sachent observées, épiées, surveillées. Le scandale de la Super Ligue l’a rappelé : lorsque les fans haussent le ton pour défendre les valeurs du sport, ils peuvent obtenir gain de cause. J’appelle tous ceux qui aiment le foot, les clubs amateurs, les supporters, les entraîneurs à se mobiliser pour interpeller la FIFA et les entreprises. On veut une belle coupe du monde, avec de grands joueurs, de beaux matchs mais cela ne doit pas se faire au détriment des droits humains. Le foot ne se joue pas sur des cadavres !

Mettre au pas les lobbies et multinationales

5 juin 2021
La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous
Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
28 mai 2021
Poursuites-bâillons : les multinationales ne nous feront pas taire !
Bolloré qui attaque en diffamation les médias qui enquêtent sur ses activités en Afrique, Vinci qui traîne en justice l’association Sherpa ou encore Darmanin qui menace de porter plainte contre ses opposants politiques... Depuis plusieurs années, les procès visant à faire taire les lanceurs d’alertes, associations, activistes et journalistes se multiplient. Ce procédé a un nom : les poursuites-bâillons, en anglais SLAPP (Strategic Lawsuits Against Public Participation).

Autour des mêmes combats

5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
28 mai 2021

Poursuites-bâillons : les multinationales ne nous feront pas taire !

Bolloré qui attaque en diffamation les médias qui enquêtent sur ses activités en Afrique, Vinci qui traîne en justice l’association Sherpa ou encore Darmanin qui menace de porter plainte contre ses opposants politiques... Depuis plusieurs années, les procès visant à faire taire les lanceurs d’alertes, associations, activistes et journalistes se multiplient. Ce procédé a un nom : les poursuites-bâillons, en anglais SLAPP (Strategic Lawsuits Against Public Participation).
14 mars 2021

#QUICOMMANDE : COMMENT NOTRE MOBILISATION CONTRE L’IMPUNITÉ DES MULTINATIONALES A PAYÉ !

Quand j’ai mis pour la première fois les pieds au parlement européen en mai 2019 juste après avoir été élue, j’avais un objectif. Une obsession : parvenir à faire adopter un texte qui condamne en justice les entreprises qui violent les droits de l’homme et saccagent l’environnement. C’est pour ça que je bataillais dans le secteur associatif avant d’être élue. C’est ce combat que j’ai voulu emmener avec moi dans l’arène politique.
24 février 2021

#QuiCommande : Manon Aubry lance une campagne citoyenne face aux lobbys pour mettre un terme à l’impunité des multinationales avec le devoir de vigilance européen

Un vote majeur aura lieu au Parlement européen la semaine du 8 mars visant à mettre un terme aux violations des droits de l’homme et aux destructions de l’environnement commises par des multinationales dans leurs chaînes d’approvisionnement. Alors que les lobbys s’activent en coulisses pour détruire toute ambition de ce texte, Manon Aubry lance une campagne citoyenne, soutenue par de nombreuses personnalités politiques et de la société civile, pour rappeler aux multinationales et décideurs européens “qui commande”.
23 février 2021

Un coup de main pour les droits humains et l'environnement contre l'impunité des multinationales ? Vous aussi rappelez aux multinationales que c'est nous qui commandons !

Aidez-nous à propager ce tag, notamment via une action photo que vous pouvez faire seul ou a plusieurs pour aider à diffuser cette campagne : prenez-vous en photo avec un morceau de carton ou tout autre emballage de livraison (pochette, enveloppe etc.) en inscrivant "#QuiCommande" et "C'est NOUS". Comme moi ci-dessous !
4 décembre 2020

Le seul vainqueur du modèle Amazon, c'est Jeff Bezos

C’est de ce modèle-là promu par le gouvernement et le ministre de l’économie Bruno Le Maire dont nous ne voulons pas. Car nous y sommes tous perdants. Les consommateurs, les petits commerces, la planète, nos services publics, l’Etat. C’est ce modèle que nous combattons en demandant un moratoire sur les nouveaux entrepôts, une taxe sur les profiteurs de crise et une liste crédible de paradis fiscaux. Avant que le modèle Amazon ait tout emporté sur son passage.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.