Partager

Liaisons Dangereuses

Billet d'humeur 12 avril 2020

Bruxelles sous l’influence des lobbys. Lancement de l’initiative #LiaisonsDangereuses après un an de mandat passé à traquer les scandales éthiques !

Une année de mandat européen dans “la bulle bruxelloise” donne l’occasion d’assister, depuis les premières loges, au bal des lobbies. Il s’agit d’une valse bien réglée entre le régulateur public d’un côté (les fonctionnaires européens), et intérêts privés de l’autres (les lobbyistes des multinationales). 

Les pas sont souvent les mêmes : une faveur ou un cadeau par ici, un conflit d’intérêts par là. Parfois, les partenaires échange les rôles : le lobbyiste devient fonctionnaire, ou le fonctionnaire devient lobbyiste (en gardant ses précieuses informations confidentielles et son carnet d’adresses) comme ce fut le cas pour l’autorité de contrôle bancaire.

Tout ce jeu de séduction, de petits secrets échangés et d’arrangements en coulisses est tellement ancré dans le fonctionnement de “la bulle européenne” que personne ici ne s’en émeut. À vrai dire, à l’intérieur de la bulle, presque tout le monde y gagne : c’est l’intérêt général et les citoyens qui y perdent.

Pour tenter de percer la bulle et gâcher la fête des lobbyistes, je lance l’initiative #LiaisonsDangereuses. Sous cette étiquette, je publie un répertoire de tous les scandales éthiques auxquels j’assiste au sein des institutions. Forte de ce recueil de dérapages démocratiques qui s’épaissit de jour en jour, je poursuis en parallèle mon combat au Parlement pour que soient adoptées de nouvelles règles d’éthique et qu’une autorité indépendante soit mise en place pour les appliquer. Parmi les 45 affaires comptabilisées l’année passée, et que vous pouvez retrouver ici (➡️https://twitter.com/ManonAubryFr/status/1264817575629918209), voici quelques pépites :

BMW pollue le Conseil européen.

Le Conseil européen, qui regroupe les gouvernements des Etats membres, est souvent décrit comme l’institution la plus puissante… et la moins transparente. Tous les six mois, la présidence du Conseil revient à un nouvel État membre qui prend alors la direction l’agenda de l’institution. Depuis quelques années, les États signent des “partenariats” avec des “sponsors” qui financent les frais de la présidence : Coca-cola, Microsoft, des entreprises pétrolières… Les termes de l’accord restent secrets, mais l’objectif des sponsors est toujours le même : avoir son logo à côté du drapeau, et le numéro de téléphone de la Présidence du Conseil dans sa poche. La Finlande, présidente du Conseil de juillet à décembre 2019, a ainsi choisi BMW. Un constructeur automobile allemand, épinglé pour avoir massivement fraudé les tests européens anti-pollution (Dieselgate) ! Drôle de choix, quand on doit établir les ambitions du Conseil pour le Pacte vert européen. 

BlackRock, le mauvais conseiller de la Commission.

Tout commence lorsque la Commission européenne lance un appel d’offre pour recruter un conseiller afin d’incorporer dans la surveillance bancaire « les facteurs environnementaux et sociaux ». BlackRock soumet alors une offre imbattable pour 280 000 euros, soit deux fois moins que le montant estimé pour la prestation par la Commission ! Il faut dire que le plus grand gérant d’actifs financiers au monde a un intérêt particulier dans l’affaire : près de 90 milliards d’euros investis dans les énergies fossiles. Difficile d’imaginer qu’ils vont conseiller des mesures qui pourraient faire chuter la valeur de leurs investissements. Contrairement à ce qu’affirme la Commission, le conflit d’intérêts saute aux yeux.

Facebook s’achète des amis influents.

Facebook se bat sur tous les fronts au niveau européen, cumulant évasion fiscale, abus de position dominante envers ses concurrents, et scandales liés au traitement des données personnelles. Pour se défendre, l’entreprise a bien compris qu’il n’y a pas de meilleur lobbyiste que d’anciens fonctionnaires haut-placés, tels que l’ancienne députée européenne Erika Mann (socialiste, Allemagne) qui a rejoint ses rangs en 2011. Le 6 mai dernier, c’est au tour d’une ancienne conseillère du Président de la Commission européenne Juncker (2014-2019) de devenir “directrice des affaires publiques auprès de l’Union européenne”. C’est-à-dire, lobbyiste en chef de Facebook à Bruxelles. Les règles européennes interdisent pourtant à son personnel tout lobbying envers d’anciens collègues pendant les 12 mois suivant la cessation de leurs fonctions. Mais la conseillère bien connue de la droite européenne n’a pas attendu un an, ni le feu vert de la Commission, pour filer avec son carnet d’adresse et sa connaissance de dossiers.

Et des cas comme ceux-là… j’en ai déjà recensé 47 en à peine un an de mandat. La phase émergée de l’iceberg lobby qui lui ne fond pas. Avec l’initiative des #LiaisonsDangereuses, je continuerai à recenser tous les cas et à faire la lumière sur les liens obscurs entre les institutions européennes et les lobbies. Comptez sur moi pour continuer le combat pour que l’éthique prime enfin sur le fric !

En savoir plus sur ce lien
Sujets associés
Liaisons Dangereuses

Mettre au pas les lobbies et multinationales

5 juin 2021
La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous
Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
28 mai 2021
Poursuites-bâillons : les multinationales ne nous feront pas taire !
Bolloré qui attaque en diffamation les médias qui enquêtent sur ses activités en Afrique, Vinci qui traîne en justice l’association Sherpa ou encore Darmanin qui menace de porter plainte contre ses opposants politiques... Depuis plusieurs années, les procès visant à faire taire les lanceurs d’alertes, associations, activistes et journalistes se multiplient. Ce procédé a un nom : les poursuites-bâillons, en anglais SLAPP (Strategic Lawsuits Against Public Participation).

Autour des mêmes combats

5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
28 mai 2021

Poursuites-bâillons : les multinationales ne nous feront pas taire !

Bolloré qui attaque en diffamation les médias qui enquêtent sur ses activités en Afrique, Vinci qui traîne en justice l’association Sherpa ou encore Darmanin qui menace de porter plainte contre ses opposants politiques... Depuis plusieurs années, les procès visant à faire taire les lanceurs d’alertes, associations, activistes et journalistes se multiplient. Ce procédé a un nom : les poursuites-bâillons, en anglais SLAPP (Strategic Lawsuits Against Public Participation).
11 mai 2021

Coupe du monde au Qatar : a-t-on envie de jouer au foot sur des cadavres ?

Qu’on aime le foot ou pas, ce sport qui réunit des milliards de fans à travers le monde est un sujet majeur. Et c’est aussi une affaire de gros sous. On ne découvre pas aujourd’hui le foot business et ses excès : dérégulation, privatisation, corruption, enrichissement de quelques-uns... Mais l’organisation de la coupe du monde 2022 au Qatar franchit un nouveau seuil. Les chiffres sont glaçants : plus de 6 750 morts sur les chantiers. Et cette question qu’on ne peut s’empêcher de se poser : a-t-on envie de jouer au foot sur des cadavres ?
14 mars 2021

#QUICOMMANDE : COMMENT NOTRE MOBILISATION CONTRE L’IMPUNITÉ DES MULTINATIONALES A PAYÉ !

Quand j’ai mis pour la première fois les pieds au parlement européen en mai 2019 juste après avoir été élue, j’avais un objectif. Une obsession : parvenir à faire adopter un texte qui condamne en justice les entreprises qui violent les droits de l’homme et saccagent l’environnement. C’est pour ça que je bataillais dans le secteur associatif avant d’être élue. C’est ce combat que j’ai voulu emmener avec moi dans l’arène politique.
24 février 2021

#QuiCommande : Manon Aubry lance une campagne citoyenne face aux lobbys pour mettre un terme à l’impunité des multinationales avec le devoir de vigilance européen

Un vote majeur aura lieu au Parlement européen la semaine du 8 mars visant à mettre un terme aux violations des droits de l’homme et aux destructions de l’environnement commises par des multinationales dans leurs chaînes d’approvisionnement. Alors que les lobbys s’activent en coulisses pour détruire toute ambition de ce texte, Manon Aubry lance une campagne citoyenne, soutenue par de nombreuses personnalités politiques et de la société civile, pour rappeler aux multinationales et décideurs européens “qui commande”.
23 février 2021

Un coup de main pour les droits humains et l'environnement contre l'impunité des multinationales ? Vous aussi rappelez aux multinationales que c'est nous qui commandons !

Aidez-nous à propager ce tag, notamment via une action photo que vous pouvez faire seul ou a plusieurs pour aider à diffuser cette campagne : prenez-vous en photo avec un morceau de carton ou tout autre emballage de livraison (pochette, enveloppe etc.) en inscrivant "#QuiCommande" et "C'est NOUS". Comme moi ci-dessous !

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.