Partager

L'écologie au banc des accusés

Billet d'humeur 23 octobre 2020

Ils s’appellent Pauline, Emma, Félix, Alma, Etienne, Cécile. Ils ont tous une trentaine d’années.

Hier matin, ils comparaissaient sur le banc des accusés du tribunal de Paris. Leur crime ? Avoir décroché des portraits d’Emmanuel Macron dans des mairies parisiennes pour dénoncer l’inaction climatique du président. 

Venue pour les soutenir au tribunal, j’ai pu assister à leur procès hors du commun en tout point.

Dès les alentours du palais de justice, le ton était donné. En guise de comité d’accueil, les quelques militants, amis et proches des prévenus venus assister au procès se sont très vite retrouver encerclés par des policiers. Il nous a fallu subir pas moins de 4 fouilles, plusieurs injonctions « de ne pas avoir de pancarte » (un militant n’a pas pu entrer car il portait un T-shirt ANV-COP 21) et de prouver que nos téléphones sont éteints avant d’accéder à la salle du procès.

Puis une matinée durant, les « accusés » se succèdent à la barre. Des jeunes activistes qui ne veulent pas voir leur (notre !) avenir sacrifié. Tous présentent leur action comme un « acte de dernier ressort ». « On a manifesté, on a protesté, on a proposé et que s’est-il passé ? Emmanuel Macron ne respecte même pas la trajectoire des accords de Paris ! ». Et très vite, ce procès se transforme en celui de l’inaction climatique d’Emmanuel Macron. La stratégie bas carbone revue à la baisse, la mise en œuvre de la 5G, la convention citoyenne sur le climat méprisée… Alors quelle drôle de sensation de voir ces 7 visages sur le banc des accusés, et pas celui des dirigeants qui refusent d’agir pour le climat.

Pour en témoigner, Agnes Catoire, membre de la convention citoyenne pour le climat, égraine à la barre l’ensemble des mesures de la convention citoyenne abandonnés par Emmanuel Macron. Et témoigne de sa déception : « j’y ai cru ». « Leur acte de décrocher les portraits est un acte citoyen au même titre que ma participation à la Convention Citoyenne ». Puis Jean-Pascal Van Ypersele, climatologue et ancien vice-président du GIEC, d’expliquer les conséquences dramatiques du changement climatique : la salle d’audience se transforme le temps d’une matinée en un cours scientifique. Dans le combat pour sonner l’alerte, les scientifiques ont trouvé du renfort avec les activistes climat : comme très justement souligné par Jean-Pascal, « les décrocheurs ne sont que des vigies citoyennes ». Et qui ont compris qu’en France sous la Vème République, le pouvoir se trouve dans les mains d’un unique homme : le président de la République. 

Alors faut-il vraiment condamner ces jeunes activistes, qui ont symboliquement saisi le portrait (d’une valeur de 8,70€ !) d’Emmanuel Macron pour l’interpeller sur son inaction politique ? Pour l’avocat général, représentant de l’Etat, la réponse est clairement oui. Car, « en démocratie, il existe d’autres moyens d’agir et de se faire entendre ». Ah oui ? Et que faire quand on les a tous épuisés ? Quand il s’agit de notre avenir collectif ? N’est-ce pas la justice qui prend les devants et ouvre la voie à la légalisation de l’IVG quand elle décide au procès de Bobigny de relaxer une femme ayant illégalement avorté en 1972 ? 

Une chose m’interpelle durant le procès. Les témoins doivent jurer, la main droite levée, « de dire la vérité, toute la vérité ». Et je me demande : qu’aurait dit Emmanuel Macron ? Qu’il a systématiquement refusé toute contrepartie écologique contraignante aux aides versées aux entreprises, le moratoire sur la 5G, la baisse de la TVA sur les billets de train, la régulation de la publicité sur les produits très polluants ? Et ainsi sacrifié notre avenir ?

Mais en attendant, ceux qui se trouvent sur le banc des accusés sont bien 7 jeunes activistes. Et le verdict de leur procès en appel sera rendu le 10 décembre, hasard du calendrier, quelques jours à peine avant l’anniversaire des accords de Paris. En espérant que le pouvoir judiciaire aura le courage de prendre des décisions quand le pouvoir politique s’y refuse. Sinon un autre tribunal nous jugera tous à l’avenir, et il sera sûrement beaucoup plus sévère.

Pour une bifurcation écologique et sociale

22 juil. 2021
Une nouvelle alliance internationale pour répondre à la double crise du climat et des inégalités
Inondations meurtrières en Belgique et en Allemagne, feux géants en Sibérie, records de température au Canada… Même les pires climatosceptiques sont bien obligés de s’y résoudre : il n’est désormais plus possible d’ignorer les impacts ravageurs du dérèglement climatique. Partout sur la planète, des femmes et des hommes sont frappés quotidiennement par les conséquences de l’inaction climatique. Pire, ce sont les plus pauvres, alors qu’il sont les moins responsables de la destruction de l’environnement, qui paient le plus lourd tribu. Et ce n’est que le début.
12 mai 2021
Pas de bifurcation écologique possible sans confrontation sérieuse avec les règles européennes
L’Assemblée nationale a voté la semaine dernière une parodie de loi climat, sabordant les travaux de la Convention citoyenne. Oubliée la promesse de reprise “sans filtre” : la trahison démocratique est totale et l’irresponsabilité écologique consommée. Les propositions des 150 méritaient mieux. Et c’est parce que nous les respectons que nous nous sommes posé cette question qui n’est jamais traitée sérieusement. Comment appliquer l’intégralité du programme des conventionnels dans le cadre des règles européennes actuelles ?

Autour des mêmes combats

22 juillet 2021

Une nouvelle alliance internationale pour répondre à la double crise du climat et des inégalités

Inondations meurtrières en Belgique et en Allemagne, feux géants en Sibérie, records de température au Canada… Même les pires climatosceptiques sont bien obligés de s’y résoudre : il n’est désormais plus possible d’ignorer les impacts ravageurs du dérèglement climatique. Partout sur la planète, des femmes et des hommes sont frappés quotidiennement par les conséquences de l’inaction climatique. Pire, ce sont les plus pauvres, alors qu’il sont les moins responsables de la destruction de l’environnement, qui paient le plus lourd tribu. Et ce n’est que le début.
12 mai 2021

Pas de bifurcation écologique possible sans confrontation sérieuse avec les règles européennes

L’Assemblée nationale a voté la semaine dernière une parodie de loi climat, sabordant les travaux de la Convention citoyenne. Oubliée la promesse de reprise “sans filtre” : la trahison démocratique est totale et l’irresponsabilité écologique consommée. Les propositions des 150 méritaient mieux. Et c’est parce que nous les respectons que nous nous sommes posé cette question qui n’est jamais traitée sérieusement. Comment appliquer l’intégralité du programme des conventionnels dans le cadre des règles européennes actuelles ?
11 décembre 2020

Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise

Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.
4 décembre 2020

Le seul vainqueur du modèle Amazon, c'est Jeff Bezos

C’est de ce modèle-là promu par le gouvernement et le ministre de l’économie Bruno Le Maire dont nous ne voulons pas. Car nous y sommes tous perdants. Les consommateurs, les petits commerces, la planète, nos services publics, l’Etat. C’est ce modèle que nous combattons en demandant un moratoire sur les nouveaux entrepôts, une taxe sur les profiteurs de crise et une liste crédible de paradis fiscaux. Avant que le modèle Amazon ait tout emporté sur son passage.
4 novembre 2020

Déclaration sur la modernisation du Traité sur la Charte de l'énergie (TCE)

L'UE a pour objectif d’être un leader incontestable en matière de climat...

24 octobre 2020

Vote de la PAC : Un hold-up démocratique au détriment de la planète et des paysans

Il y a de ces semaines qui comptent particulièrement dans le...

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.