Partager

Vote de la PAC : Un hold-up démocratique au détriment de la planète et des paysans

Billet d'humeur 24 octobre 2020
Il y a de ces semaines qui comptent particulièrement dans le mandat de députée européenne. Cette dernière en fait certainement partie avec le vote de la Politique Agricole Commune. Ce n’est pas uniquement le 1er budget de l’UE (+ de 400 milliards d’euros !) mais un vote qui nous engage jusqu’en 2027. C’est aussi un enjeu écologique majeur puisque l’agriculture est responsable de plus de 20% des émissions de gaz à effet de serre. Je pense également à tous ces paysans que j’ai rencontrés qui ne touchent quasiment rien de la PAC alors que les agro-industries se gavent (80% des aides distribuées aux 20% d’exploitations les plus grandes). Bref, c’est un enjeu politique majeur sur le climat, la biodiversité, mais aussi  les conditions de vie des agriculteurs, la souveraineté alimentaire, la régulation du libre-échange, le bien-être animal. Un vote déterminant. Qui s’est déroulé dans des conditions pour le moins rocambolesques !
Nous ne sommes pas naïfs (on commence à avoir l’habitude maintenant...) et nous savions bien que la partie n’allait pas être facile. L’adversaire était connu : le lobby de l’agro-industrie et ses relais chez les sociaux-démocrates, les libéraux et la droite européenne. Eux qui n’ont pas lésiné sur les moyens depuis des mois pour bloquer toute régulation environnementale, toute redistribution des gros vers les petits, toute transition d’un modèle chimique polluant vers un système paysan biologique.

Mais on ne pensait pas qu’ils iraient aussi loin dans la violence institutionnelle des moyens utilisés pour passer en force. Les négociations de la PAC durent depuis deux ans mais les groupes libéraux ont attendu la semaine dernière pour signer entre eux, sans aucune transparence, un accord actant la mort de toute transition écologique et sociale de notre agriculture. 

Et comme ils avaient peur que l’opinion se saisisse du sujet et que cela complique le vote de leurs horreurs, ils se sont dits qu’il fallait limiter à tout prix la possibilité pour les groupes d’opposition de faire entendre une voix discordante.


Résultat : au lieu d’un débat démocratique enflammé mais serein, projet contre projet nous avons eu droit à un festival d’accords de couloirs, de manipulations sournoises, de bidouillages médiocres. Jusqu’à la cerise sur le gâteau sur le déroulement des votes. Lundi 23h, nous apprenons que les votes sont avancés d’un jour et démarrent dès le lendemain. Mais ça ne s’arrête pas là. Listes de votes transmises à la toute dernière minute pour que plus personne n’ait le temps de préparer sérieusement son analyse des compromis proposés. Interprétations malhonnêtes du règlement du parlement européen pour empêcher le vote de certains amendements. Recours aux votes bloqués par paquet pour interdire toute possibilité de dissidence parmi les députés récalcitrants des grands groupes. Bref, une mise au pas en règle du Parlement pour forcer tout le monde à valider comme un seul homme un accord indéfendable. L’équivalent d’un vrai 49-3 dont LREM est si familière. A Bruxelles comme à Paris, même vision du respect des principes démocratiques de base. 
Alors bien sûr, cette manière de faire donne la nausée. Mais nous n’avons pas baissé les bras, bien au contraire !

Avec notre groupe de la Gauche Unitaire Européenne dans lequel siège la France Insoumise et avec les verts, nous avons déposé une motion de rejet et des centaines d’amendements, dénoncé leurs magouilles, bataillé sans relâche dans l’hémicycle, les médias et sur les réseaux sociaux, pour relayer les alertes des ONG et mettre la pression sur les eurodéputés libéraux. Bref, on y a jeté toutes nos forces. Puis les jeunes pour le climat sont venus en renfort avec le lancement d’une mobilisation en ligne à travers toute l’Europe sous le hashtag #VoteThisCAPdown (rejetez cette PAC). Ils nous ont donné plus de force et de poids. Et grâce à la mobilisation, nous sommes parvenus à convaincre au-delà de nos groupes : deux fois plus de députés se sont opposés à ce projet de PAC que notre nombre initial.
 
Mais ça n’a malheureusement pas suffi : par 425 voix contre 212 ce projet de PAC anti-écologique et anti-social est adopté. L’UE en reprend pour plusieurs années d’un système qui subventionne les fermes usines et les grands pollueurs au lieu de soutenir l’agriculture biologique paysanne.
Mais le combat ne s’arrêtera pas là. Au parlement européen, nous avons lancé l’alerte. Et avec votre soutien, on continuera à se battre. Pour nos paysans. Pour notre santé. Pour notre planète.
En savoir plus sur ce lien

Pour une bifurcation écologique et sociale

11 déc. 2020
Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise
Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.
4 déc. 2020
Le seul vainqueur du modèle Amazon, c'est Jeff Bezos
C’est de ce modèle-là promu par le gouvernement et le ministre de l’économie Bruno Le Maire dont nous ne voulons pas. Car nous y sommes tous perdants. Les consommateurs, les petits commerces, la planète, nos services publics, l’Etat. C’est ce modèle que nous combattons en demandant un moratoire sur les nouveaux entrepôts, une taxe sur les profiteurs de crise et une liste crédible de paradis fiscaux. Avant que le modèle Amazon ait tout emporté sur son passage.

Autour des mêmes combats

11 décembre 2020

Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise

Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.
4 décembre 2020

Le seul vainqueur du modèle Amazon, c'est Jeff Bezos

C’est de ce modèle-là promu par le gouvernement et le ministre de l’économie Bruno Le Maire dont nous ne voulons pas. Car nous y sommes tous perdants. Les consommateurs, les petits commerces, la planète, nos services publics, l’Etat. C’est ce modèle que nous combattons en demandant un moratoire sur les nouveaux entrepôts, une taxe sur les profiteurs de crise et une liste crédible de paradis fiscaux. Avant que le modèle Amazon ait tout emporté sur son passage.
4 novembre 2020

Déclaration sur la modernisation du Traité sur la Charte de l'énergie (TCE)

L'UE a pour objectif d’être un leader incontestable en matière de climat...

23 octobre 2020

L'écologie au banc des accusés

Ils s’appellent Pauline, Emma, Félix, Alma, Etienne, Cécile. Ils ont tous une trentaine d’années.
16 septembre 2020

Marchons pour réduire le trafic aérien

Devant l'urgence climatique, des personnalités civiles, scientifiques et militants se rassembleront, partout en France, le 3 octobre pour défendre une réduction du trafic aérien et un plan de reconversion du secteur pensé avec les salariés.
9 septembre 2020

Un scandale écologique en faveur des multinationales

Le traité sur la charte de l’Energie est le plus vaste traité de libre-échange...

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.